sap2009-0005-001-cla

Référence : sap2009-0005-001-cla

Février 2009, Toulouse

Manifestation organisŽée, notamment par le comitéŽ des victimes AZF, le premier jour d'audience du tribunal correctionnel de Toulouse, le 23 fŽvrier 2009. Le tract porte le nom du collectif "plus jamais ça" qui avait éŽtéŽ très actif peu après l'explosion de l'usine AZF.

sap2009-0005-002-cla

Référence : sap2009-0005-002-cla

Février 2009, Toulouse

Manifestation organisée, notamment par le comité des victimes AZF, le premier jour d'audience du tribunal correctionnel de Toulouse, le 23 février 2009. Le tract porte le nom du collectif "Plus jamais ça", qui avait été très actif peu après l'explosion de l'usine AZF.

sap2009-0005-003-cla

Référence : sap2009-0005-003-cla

Février 2009, Toulouse

Manifestation organisŽée, notamment par le comitŽé des victimes AZF, le premier jour d'audience du tribunal correctionnel de Toulouse, le 23 fŽévrier 2009. A droite de l'image, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse au moment de l'explosion de l'usine AZF.

sap2009-0005-004-cla

Référence : sap2009-0005-004-cla

Février 2009, Toulouse

Manifestation organiséŽe, notamment par le comitéŽ des victimes AZF, le premier jour d'audience du tribunal correctionnel de Toulouse, le 23 féŽvrier 2009.

sap2009-0005-005-cla

Référence : sap2009-0005-005-cla

Février 2009, Toulouse

Manifestation organiséŽe, notamment par le comitéŽ des victimes AZF, le premier jour d'audience du tribunal correctionnel de Toulouse, le 23 fŽévrier 2009. La banderole réŽclame la préŽsence de Thierry Desmarest, PDG de Total au moment de l'explosion de l'usine, sur les bancs des préŽvenus.

sap2009-0005-006-cla

Référence : sap2009-0005-006-cla

Février 2009, Toulouse

Mr Fourest, du comitéŽ des victimes AZF, lors de la manifestation organisŽée le premier jour d'audience du tribunal correctionnel de Toulouse, le 23 fŽévrier 2009.

sap2009-0005-007-cla

Référence : sap2009-0005-007-cla

Février 2009, Toulouse

Premier jour d'audience du procès AZF, le 23 février 2009. l'association Mémoire et solidarité, des anciens salariés est venue en cortège. Ses membres portent une casquette blanche où est inscrit "AZF, la vérité".

sap2009-0005-008-cle

Référence : sap2009-0005-008-cle

Mars 2009, Toulouse

Une partie civile au procès. Elle porte le brassard “victimes d'AZF" du comité de défense des parties civiles.

sap2009-0005-009-cle

Référence : sap2009-0005-009-cle

Février 2009, Toulouse

Dans la rue Bernadette, située à proximité de l'usine AZF, les maisons ont subi d'importants dégâts. Comme celle d'Anna Terrisse, qui nous a déclaré avoir "vécu comme si c'était une guerre". Elle qui a connu les camps de concentration de la seconde guere mondiale.

sap2009-0005-010-cle

Référence : sap2009-0005-010-cle

Février 2009, Toulouse

Dans la rue Bernadette, située à proximité de l'usine AZF, les maisons ont subi d'importants dégâts. Comme celle d'Anna Terrisse, qui nous a déclaré avoir "vécu comme si c'était une guerre". Elle qui a connu les camps de concentration de la seconde guere mondiale.

sap2009-0005-011-cle

Référence : sap2009-0005-011-cle

Février 2009, Toulouse

Dans la rue Bernadette, située à proximité de l'usine AZF, les maisons ont subi d'importants dégâts. Comme celle d'Anna Terrisse, qui nous a déclaré avoir "vécu comme si c'était une guerre". Elle qui a connu les camps de concentration de la seconde guere mondiale.

sap2009-0005-012-cle

Référence : sap2009-0005-012-cle

Février 2009, Toulouse

Dans la rue Bernadette, située à proximité de l'usine AZF, les maisons ont subi d'importants dégâts. Comme ici sur une image sortie par une riveraine de son dossier d'indemnisation.

sap2009-0005-013-cle

Référence : sap2009-0005-013-cle

Février 2009, Toulouse

Dans la rue Bernadette, située à proximité de l'usine AZF, les maisons ont subi d'importants dégâts. Ici le plan de rénovation de l'une entre-elles.

sap2009-0005-014-cla

Référence : sap2009-0005-014-cla

Février 2009, Toulouse

Frédéric Arrou est le président de l'Association des sinistrés du 21 septembre. Il habitait à proximité de l'usine au moment de l'explosion. Il est plutôt isolé des autres parties civiles.

sap2009-0005-015-cle

Référence : sap2009-0005-015-cle

Mars 2009, Toulouse

Georges Abellan est partie civile au procès AZF. C'est un ancien salarié de l'usine qui a refusé de rejoindre l'association Mémoire et solidarité, fondée par ses anciens collègues. Leur point de désaccord ? Georges a toujours été favorable à la venue des représentants de Total au banc des prévenus.

sap2009-0005-016-cle

Référence : sap2009-0005-016-cle

Mars 2009, Toulouse

Georges Abellan est partie civile au procès AZF. C'est un ancien salarié de l'usine qui a refusé de rejoindre l'association Mémoire et solidarité, fondée par ses anciens collègues. Leur point de désaccord ? Georges a toujours été favorable à la venue des représentants de Total au banc des prévenus.

sap2009-0005-017-cle

Référence : sap2009-0005-017-cle

Mars 2009, Toulouse

Georges Abellan est partie civile au procès AZF. C'est un ancien salarié de l'usine qui a refusé de rejoindre l'association Mémoire et solidarité, fondée par ses anciens collègues. Leur point de désaccord ? Georges a toujours été favorable à la venue des représentants de Total au banc des prévenus.

sap2009-0005-018-cle

Référence : sap2009-0005-018-cle

Mars 2009, Toulouse

Georges Abellan est partie civile au procès AZF. C'est un ancien salariŽé de l'usine qui a refuséŽ de rejoindre l'association MéŽmoire et solidaritŽé, fondŽée par ses anciens collgues. Leur point de déŽsaccord ? Georges a toujours ŽétéŽ favorable àˆ la venue des repréŽsentants de Total au banc des préŽvenus.

sap2009-0005-019-cle

Référence : sap2009-0005-019-cle

Mars 2009, Toulouse

Le procès AZF s'est ouvert devant le tribunal correctionnel de toulouse le 23 février 2009, pour une durée prévue de quatre mois. Les installations sont très lourdes. Des centaines de chaises, un dispositif son et vidéo (le procès est retransmis sur de grands écrans et est filmé pour les archives de l'INA). Toutes les entrées sont contrôlées par des policiers et des portiques de détection de métaux.

sap2009-0005-020-cle

Référence : sap2009-0005-020-cle

Mars 2009, Toulouse

Le procès AZF s'est ouvert devant le tribunal correctionnel de toulouse le 23 février 2009, pour une durée prévue de quatre mois. Les installations sont très lourdes. Des centaines de chaises, un dispositif son et vidéo (le procès est retransmis sur de grands écrans et est filmé pour les archives de l'INA). Toutes les entrées sont contrôlées par des policiers et des portiques de détection de métaux.

sap2009-0005-021-cla

Référence : sap2009-0005-021-cla

Mars 2009, Toulouse

Le SAVIM (service d'aide aux victimes) est présent tous les jours d'audience, dans une salle prévue à cet effet. Entre deux et quatre personnes sont présentes : juristes, psychologues, etc... C'est ausi un endroit où les parties civiles partagent un café dans une ambiance détendue.

sap2009-0005-022-cla

Référence : sap2009-0005-022-cla

Mars 2009, Toulouse

Le SAVIM (service d'aide aux victimes) est présent tous les jours d'audience, dans une salle prévue à cet effet. Entre deux et quatre personnes sont présentes : juristes, psychologues, etc... C'est ausi un endroit où les parties civiles partagent un café dans une ambiance détendue.

sap2009-0005-023-cla

Référence : sap2009-0005-023-cla

Mars 2009, Toulouse

Le SAVIM (service d'aide aux victimes) est présent tous les jours d'audience, dans une salle prévue à cet effet. Entre deux et quatre personnes sont présentes : juristes, psychologues, etc... C'est ausi un endroit où les parties civiles partagent un café dans une ambiance détendue.

sap2009-0005-024-cle

Référence : sap2009-0005-024-cle

Mars 2009, Toulouse

Gérard Ratier, président de l'association des familles endeuillées. Il a perdu son fils, réparateur d'ascenseur, qui oeuvrait sur le site d'AZF au moment de l'explosion. Il est devenu un expert du dossier. C'est une des rares personnalités à faire l'unanimité dans les rangs des parties civiles.

sap2009-0005-025-cle

Référence : sap2009-0005-025-cle

Mars 2009, Toulouse

Gérard Ratier, président de l'association des familles endeuillées. Il a perdu son fils, réparateur d'ascenseur, qui oeuvrait sur le site d'AZF au moment de l'explosion. Il est devenu un expert du dossier. C'est une des rares personnalités à faire l'unanimité dans les rangs des parties civiles.

sap2009-0005-026-cle

Référence : sap2009-0005-026-cle

Mars 2009, Toulouse

Gérard Ratier, président de l'association des familles endeuillées. Il a perdu son fils, réparateur d'ascenseur, qui oeuvrait sur le site d'AZF au moment de l'explosion. Il est devenu un expert du dossier. C'est une des rares personnalités à faire l'unanimité dans les rangs des parties civiles. Ici, une de ses places fétiches dans la salle d'audience. Il se place parfois également dans les rangs des avocats.

sap2009-0005-027-cla

Référence : sap2009-0005-027-cla

Mars 2009, Toulouse

La famille Le Doussal est ce que l'on appelle des parties civiles "isolées". La mère, la fille et le fils d'un salarié d'AZF mort dans l'explosion, n'ont rejoint aucune association de victimes. “Je ne voulais pas que mes enfants soient un numéro... Comme mon mari l'a été dans l'usine.", s'explique la mère. "je suis très fière d'elle", rajoute sa fille.

sap2009-0005-028-cla

Référence : sap2009-0005-028-cla

Mars 2009, Toulouse

La famille Le Doussal est ce que l'on appelle des parties civiles "isolées". La mère, la fille et le fils d'un salarié d'AZF mort dans l'explosion, n'ont rejoint aucune association de victimes. “Je ne voulais pas que mes enfants soient un numéro... Comme mon mari l'a été dans l'usine.", s'explique la mère. "je suis très fière d'elle", rajoute sa fille.

sap2009-0005-029-cle

Référence : sap2009-0005-029-cle

Mars 2009, Toulouse

Guy Forest (à gauche), président du comité de défense des victimes d'AZF prépare un communiqué de presse avec une adhérente de l'association, dans la salle Jean Mermoz, à Toulouse, investie par le tribunal correctionnel de Toulouse depuis le 23 février 2009.

Voir les 29 photos Afficher les 6 premières photos

Les victimes et parties civiles au procès AZF ont tous un badge portant un numéro. Mais qui sont-elles vraiment et pourquoi sont-elles là aujourd’hui ? Certaines ont perdu un proche ; d’autres, leur maison. Certaines se sont regroupées en association ; d’autres ont préféré rester seules. Leur seul point commun : l’envie de connaître enfin la vérité.

Mots-clefs : , , , , , , , , , ,