sap2012-005-03-cle

Référence : sap2012-005-03-cle

Hamza, 24 ans, quartier de Bab El Oued

"Un barbu", islamiste pratiquant. Hamza, qui se sent discriminé du fait de sa barbe, rêve de vivre en Angleterre.

sap2012-005-01-cla

Référence : sap2012-005-01-cla

Sid Belkacem, 22 ans, quartier Cheraga

Nationaliste. Issu d'une famille aisée dont plusieurs membres se sont battus pour l'Indépendance (il y a 22 martyrs dans sa famille).

sap2012-005-07-cla

Référence : sap2012-005-07-cla

Ramzy, 23 ans, quartier Angel

Fan de musique métal. Son rêve : partir à l'étranger pour vivre de sa passion.

sap2012-005-06-cla

Référence : sap2012-005-06-cla

Sid-Ali, 35 ans, quartier Aïn Benaïne

Sid habite encore chez sa mère mais il vient de rencontrer une Française via Internet avec qui il envisage de se marier.

sap2012-005-05-cle

Référence : sap2012-005-05-cle

Nassima, 24 ans, quartier Bab El Oued

Sa passion : la musique qu'elle partage avec ses amis. Sous la pression de sa famille conservatrice, elle a dû abandonner la scène.

sap2012-005-04-cla

Référence : sap2012-005-04-cla

Arezki, 24 ans, quartier de Cheraga

Ouvrier en bâtiment kabile, il se dit prêt à la révolution pour faire évoluer son pays de l'intérieur.

sap2012-005-02-cle

Référence : sap2012-005-02-cle

Hiba, 25 ans, Bab El Oued

Issue d'une famille d'intellectuels. Malgré les progrès qu'elle dit constater au quotidien, elle s'interroge sur la place de la femme dans les pays arabes.

Voir les 7 photos Afficher les 6 premières photos

Portraits multimédia et/ou texte et photos

À l’occasion de l’élection présidentielle en Algérie, SapienSapienS dresse le portrait de la jeunesse algéroise via le témoignage de 7 hommes et femmes de 20 à 35 ans. Issus des différents quartiers de la capitale, de famille aisée ou ouvrière, étudiant, chômeur ou ouvrier, indifférent à la politique ou nationaliste, religieux ou non-croyant, chacun répond à une question simple : Veux-tu rester dans ton pays ou le quitter ? Un questionnement  qui conduit à des réflexions sur des thèmes aussi variés que le travail, l’éducation, le rapport homme/femme ou la culture.

Il en résulte un portrait en creux de la société algéroise dans laquelle la jeunesse se sent souvent bridée, regrettant de ne pouvoir s’exprimer et vivre librement en raison du poids des traditions et des difficultés économiques. Et une envie de changer les choses… de l’intérieur.

© C. Burgain/C. Debeir/SapienSapienS

 

Mots-clefs : , , , , , , ,